La data doit être mise au service des acteurs de la santé

« La data science peut servir l’intérêt commun et répondre aux grands enjeux sociaux, sociétaux ou environnementaux du moment. SixFoisSept entend notamment mettre son expertise au service des professionnels de la santé. »

Les explications d’Erwan Prud’homme, son fondateur.

Quel est votre engagement en faveur de la Data4Good ?

Notre engagement à participer à l’amélioration du quotidien par la valorisation de la donnée remonte bien avant que ce concept de Data4Good ne devienne « tendance ». En 2011, nous accompagnons l’association Les Voiles de l’Espoir qui organise la plus grande manifestation nautique au monde pour les enfants en rémission de cancer et de leucémie.

Pour la plupart de ces « enfants bulles », il s’agit de leur première sortie hors de leur contexte médical et familial. L’analyse des données a permis de mettre en évidence l’apport de cet événement dans l’amélioration de leur qualité de vie.

Aujourd’hui, la crise de la Covid-19 rappelle de façon plus accrue encore l’importance d’œuvrer pour le bien commun. La valorisation de la donnée peut aider à la résolution de problèmes sociaux, sociétaux, environnementaux ou sanitaires. Je retrouve cette quête de sens chez les jeunes ingénieurs que je reçois en entretien. Ils veulent s’engager dans des projets qui répondent à leurs valeurs personnelles.

Il ne faut pas non plus oublier la dimension éthique de nos métiers. SixFoisSept a signé le serment d’Hippocrate des experts de la data science. Les professionnels qui sont amenés à manipuler des données ou à concevoir des algorithmes doivent avoir conscience de l’impact de leur travail sur les citoyens et la société en général.

Un spécialiste de la data responsable doit respecter la vie privée, faire preuve de transparence sur les finalités et les modalités de traitements de données et s’assurer que ses travaux n’introduisent pas de biais discriminants.

Pouvez-vous évoquer un projet emblématique de la data au service de la santé ?

Depuis quelques années nos équipes participent à la lutte contre le cancer. SixFoisSept travaille actuellement avec les centres régionaux de lutte contre le cancer de Lille et de Caen. Le projet consiste à déterminer la durée probable de séjour d’un patient afin d’optimiser son parcours au sein d’un établissement de soins et réduire le traumatisme de sa prise en charge.

L’analyse sémantique des comptes-rendus médicaux, constitués d’informations non structurées allant d’une prise de note à un dossier patient complet comprenant de l’imagerie médicale, permet de retracer l’historique de la maladie et de préciser les modalités de séjour du patient.

De la réservation d’un lit à la planification coordonnée des services de soins, la gestion logistique d’un hôpital est, en effet, particulièrement complexe. Un très grand nombre de paramètres entre en jeu.

Sur ce projet, SixFoisSept collabore avec SAS France, l’un de nos partenaires historiques. Les établissements de santé peuvent se doter de la suite Viya de l’éditeur, avec les outils de machine learning VDMML et de text analytics VTA, pour un tarif particulièrement revu dans le cadre de leur démarche Data4Good.

En quoi l’analyse de la donnée peut aider les hôpitaux ?

Nous aidons effectivement différents centres hospitaliers à mesurer et comprendre leur patientèle. A améliorer la prise en charge d’un patient ou prévenir son départ dans un établissement moins spécialisé.

Récemment, nous avons initié une démarche conjointe avec Le Ciré Jaune, société de stratégie de marque et communication, dans le cadre de la mesure de l’attractivité d’un établissement de santé afin d’orienter et piloter sa stratégie de communication en fonction des datas collectées.

SixFoisSept a conçu avec Le Ciré Jaune un tableau de bord qui permet aux décideurs de l’établissement de santé de connaître, par exemple, la perte ou le gain de patients en médecine ambulatoire par rapport aux structures de soins analogues selon des critères statistiques. Ils peuvent ainsi visualiser les forces et faiblesses de leur hôpital et réajuster leur communication et image de marque.

Ce projet va s’enrichir au fil des mois. Il s’agira cette fois de valoriser les données propres à l’hôpital pour, par exemple, tracer la provenance des patients ou identifier les médecins de ville qui leurs adressent le plus ou le moins de patients. Des enseignements précieux pour mener ensuite des actions de plus en plus ciblées.

Comme dans tous les secteurs d’activité, en santé, la data est clef dans les processus de prise de décision !